Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 13:10

Le Mondial 2014 de l’Automobile de Paris a ouvert ses portes ce matin pour deux semaines. La presse nous relate que, plusieurs heures avant l’ouverture desdites portes, une foule compacte se pressait devant icelles afin de ne rien perdre de cet événement.

Selon les « micro-trottoirs » odieuxvisuels qui n’ont d’autre objet que celui de montrer in vivo la connerie de masse et, accessoirement, de faire bien rigoler, dans les salles de montage et de mixage, les tâcherons de la télévision, beaucoup d’entre ces visiteurs voulaient voir en priorité les voitures de luxe et principalement celles qui roulent très vite.

Sans doute ont-ils oublié que la vitesse des véhicules automobiles est de plus en plus réduite par la volonté de gouvernements autistes relayée par un grand nombre d’édiles municipaux qui ne voient dans la voiture des autres (pa des leurs bien entendu) que le moyen d’arrondir leurs budgets ?

Une véritable persécution, une réelle « chasse aux sorcières », une inquisition sans merci doublée d’une justice expéditive qui débouche généralement sur de l’extorsion de fonds (racket dans la langue des anglo-saxons et de leurs vassaux), tel est le sort des automobilistes honnêtes et… sans relations en hauts lieux.

Acheter des voitures, mais surtout ne roulez pas car vous polluez et empêchez les braves motards et cyclistes de slalomer en paix ; ne stationnez pas car vous gênez les gentils livreurs qui bouchent les artères ; et si vous voulez de bonnes fins de semaines (week-ends pour ceux que dérange l’usage de la langue française), écoutez « Bison Buté » et partez le samedi soir après 22 heures pour revenir le dimanche matin avant 6 heures.

« L’homme heureux n’a pas de voiture », comme dit à peu près un vieux proverbe.

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 18:05

Il fut brièvement question ces derniers jours de revenir à la diffusion de plages publicitaires sur les chaînes de la télévision publique après 20 heures.

Ce ne sera pas fait. En revanche, la taxe audiovisuelle sera majorée de 3 euros par an.

Voilà un bel exemple de « double peine » : un supplément à payer et le risque permanent d’infection urinaire avec les conséquences néfastes que l’on imagine. En effet, les chaînes publiques ont cette fâcheuse habitude d’enchaîner programme sur programme sans laisser la moindre chance aux vessies, que l’on ne peut soulager qu’au risque de perdre le fil du film ou du débat.

3 euros à nos frais ; une infection urinaire à la charge de la Sécurité sociale. Il s’agit bien de double peine…

 

 

Repost 0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 14:28

Hier soir, j’ai pu voir sur D8 un film magistral de 1973. Ce film signé José Giovanni a deux grands interprètes représentant deux générations : Jean Gabin et Alain Delon. Le scénario montre comment peuvent se nouer des liens d’amitié et de confiance mutuelle entre deux hommes, un rééducateur de prisonniers de droit commun et un jeune homme qui a déjà purgé une peine de dix ans de prison. L’éducateur obtient sa libération conditionnelle et le prend en charge pour le remettre dans la vie normale.

Tout allait bien jusqu’à ce qu’un imbécile de flic, obstiné, ne s’en mêle et pousse le jeune en voie de réinsertion à bout de nerfs. Celui-ci finit par tuer le flic au cours d’une bagarre et, bien entendu, il se retrouve en prison puis aux Assises où il est condamné à la peine capitale.

Ce film, outre la qualité supérieure des comédiens (le duo intergénérationnelle Gabin-Delon est un grand moment de cinéma), s’achève sur la décollation du jeune homme au petit matin dans la cour de la prison où l’on a dressé la guillotine. Il subit la peine capitale avec une grande dignité.

Ce film pose deux questions. Est-il normal qu’un policier s’acharne sur un ancien délinquant qui a purgé sa peine et qui, avec le concours d’un éducateur humaniste, fait tout ce qui en son pouvoir (en leur pouvoir) pour retrouver le droit chemin et rompre avec ses anciennes relations douteuses ? Et la peine de mort ? Le film, ai-je dit, a été présenté en 1973, et il faudra attendre encore huit ans pour que Robert Badinter arrache à François Mitterrand et au Parlement, (et contre l’opinion publique) l’abolition de la peine capitale que, vingt ans plus tôt, André Cayatte avait déjà dénoncée comme un acte de barbarie.

Il est heureux que presque tous les pays civilisés aient abandonné la peine de mort. Presque ? Car le pays-phare, celui qui veut vassaliser l’Europe en lui imposant sa langue et sa culture (?) – je veux parler des États-Unis – conserve pieusement cette horrible coutume. Après avoir abandonné la chaise électrique (peut-être par mesure d’économie), ils ont adopté l’injection létale qui, nous l’avons vu récemment, relève de la torture. Quelle abomination pour un si… grand peuple ! Et quelle honte !

 

 

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 14:05

Les plus anciens d’entre nous se souviennent de ce fameux lampiste qui fut immortalisé il y a quelques lustres par « Le Canard enchaîné ». Il s’agissait d’un personnage falot et de condition fort modeste qui était le souffre-douleur des hauts responsables des administrations sur lequel ceux-ci rejetaient  la responsabilité de toutes les bévues et erreurs commises par eux-mêmes. Il encaissait sans rechigner toutes les accusations aussi injustifiées soient-elles et courbait le dos.

Ce pittoresque personnage a été emporté par la « nouvelle société (?) » mais il a trouvé un digne successeur qui s’appelle l’ordinateur. En effet, à chaque ineptie commise par une grande administration (finances, armée, police, éducation, santé, etc.), le coupable, c’est l’ordinateur que l’on pourrait de la sorte baptiser le « cyber-lampiste ».

C’est ainsi que, quand trois djihadistes déjà connus et repérés en tant que tels et, de surcroît, suspects de terrorisme actif, ont pu passer, les mains dans les poches et en sifflotant, les postes de contrôle de la police de l’air dans un grand aéroport proche de Marseille, et bien, croyez-moi si vous voulez, c’est la faute à ce satané ordinateur Khéops. C’est pyramidal !

 

En revanche, Khéops fonctionne sans faille dès lors qu’il s’agit d’emmerdaver des passagers paisibles qui doivent piétiner et se soumettre à des contrôles aussi inutiles que vexatoires.

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 14:05

Les plus anciens d’entre nous se souviennent de ce fameux lampiste qui fut immortalisé il y a quelques lustres par « Le Canard enchaîné ». Il s’agissait d’un personnage falot et de condition fort modeste qui était le souffre-douleur des hauts responsables des administrations sur lequel ceux-ci rejetaient  la responsabilité de toutes les bévues et erreurs commises par eux-mêmes. Il encaissait sans rechigner toutes les accusations aussi injustifiées soient-elles et courbait le dos.

Ce pittoresque personnage a été emporté par la « nouvelle société (?) » mais il a trouvé un digne successeur qui s’appelle l’ordinateur. En effet, à chaque ineptie commise par une grande administration (finances, armée, police, éducation, santé, etc.), le coupable, c’est l’ordinateur que l’on pourrait de la sorte baptiser le « cyber-lampiste ».

C’est ainsi que, quand trois djihadistes déjà connus et repérés en tant que tels et, de surcroît, suspects de terrorisme actif, ont pu passer, les mains dans les poches et en sifflotant, les postes de contrôle de la police de l’air dans un grand aéroport proche de Marseille, et bien, croyez-moi si vous voulez, c’est la faute à ce satané ordinateur Khéops. C’est pyramidal !

 

En revanche, Khéops fonctionne sans faille dès lors qu’il s’agit d’emmerdaver des passagers paisibles qui doivent piétiner et se soumettre à des contrôles aussi inutiles que vexatoires.

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 07:42

Depuis Jeanne d’Arc les Français vivent dans l’attente du sauveur, du prophète. Voyez Napoléon, Clemenceau, Pétain, De Gaulle et maintenant : Sarkozy…

L’avenir appartient aux « prophéteurs » ou « proféteurs » mais nous avons surtout les « profiteurs », les « prophiteurs ».

 

Ce n’est pas tant de prohéteurs prophiteurs que notre pays a besoin, mais, plus modestement, de véritables gestionnaires aptes à gérer notre économie sans sacrifier les citoyens les plus vulnérables et à redonner à notre pays l’éclat qu’il connut jadis grâce à son caractère particulier en laissant japper les européanistes ou autres mondialistes prêts à diluer la France, son esprit, son patrimoine et sa langue dans une espèce de soupe indigeste qui s’appelle la pensée unique.

Repost 0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:20

Un constructeur d’automobiles japonais (Honda) en proie à « la rage de vendre » et peu soucieux de déontologie commerciale garantit ses moteurs sur… un million de kilomètres.

Cela s’appelle se moquer du monde car qui vivra assez longtemps pour pouvoir avaler un tel nombre de kilomètres avec la même voiture ?

Et, avec de telles annonces excessives et nécessairement mensongères, qui peut encore croire à la publicité ?

 

 

Repost 0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 08:56

Et si Emmanuel Macron avait raison en dénonçant l’illettrisme des plumeurs de volaille de la société G.A.D. À ceci près que ce monsieur bardé de diplômes plus flatteurs les uns que les autres et qui, après une belle carrière dans la haute finance (vous savez, l’adversaire du candidat Hollande), en est réduit à errer au milieu des ruines du socialisme français, fait peu de cas des nuances de notre langue qui en est pourtant si riche.

En parlant d’illettrisme il y a fort à parier qu’il voulait parler d’analphabétisme. Ces deux termes ne sont pas synonymes. L’analphabète est celui qui ne sait ni lire, ni écrire. Plus d’un siècle après Jules Ferry, il y en a encore sous nos climats. Mais, l’illettré est celui qui sait lire et écrire, mais demeure totalement et définitivement étranger à la littérature, qui n’ouvre jamais un livre (mise à part les B.D. et les élucubrations de la Valérie que vous savez) et se moque de tout ce qui a trait à l’esprit. On peut donc être illettré sans être analphabète alors que la proposition inverse est inconcevable. L’illettrisme est en quelque sorte un prolongement de l’analphabétisme, lequel est le socle de toute participation active à la vie sociale.

Cela étant dit, on peut penser qu’il n’est pas indispensable d’être un familier des « Belles Lettres » pour plumer en série d’innocentes volailles destinées à la consommation de masse. En revanche, cela peut l’être quand il s’agit de diffuser l’information dans les oreilles des honnêtes citoyens afin de ne pas les faire souffrir comme le font mille fois par jour les journalistes et animateurs de l’odieuxvisuel. Sans parler des politiques dont les propos confus dénoncent trop souvent un illettrisme latent.

Monsieur Emmanuel Macron a inauguré son poste ministériel en commettant une macro sottise. Parions qu’il ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

 

 

Repost 0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:24

Quand ils sont dans l’opposition ou simplement sur la touche, les politiques sont débordants de bonnes idées pour sauver la France, voire même le monde.

Aussitôt qu’ils accèdent aux leviers de commande par le jeu de l’alternance, ils n’ont plus aucune bonne idée salvatrice et ne débitent plus que des banalités sans portée.

On est donc en droit d’imaginer que les hommes et femmes de pouvoir n’ont en vérité aucun pouvoir et aucune initiative. Tout se passe comme s’ils étaient ligotés et bâillonnés par un super-pouvoir qui est peut-être dissimulé dans les méandres de la haute finance ou par une sorte de « directoire secret » qui agirait et dicterait ses lois au-dessus des frontières et des gouvernements nationaux.

 

Avez-vous une autre explication ?

Repost 0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 15:36

Il paraît que monsieur Hollande n’aime pas les pauvres, les « sans-dents ». Il préfère ceux qui ont les « dents longues », sans doute…

Repost 0