Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 08:41

Dans le récent remaniement ministériel, madame Valérie Pécresse a hérité du ministère du budget. On se souvient que cette dame était précédemment secrétaire d'état aux universités et qu'à ce titre, elle s'était illustrée en prônant l'anglais comme langue primordiale et quasi exclusive desdites universités.

 

On peut donc imaginer que, devenue patronne du budget, elle va exiger que nos comptes soient tenus en livres sterling ou en dollars puisque la France et le français semblent ne pas intéresser cette collaborationniste active.

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 14:01

Les deux journalistes de France 3 retenus en otages un an et demi en Afghanistan ont été libérés et c'est une excellente nouvelle. Depuis, ce matin, on parle même de libérer l'otage français new-yorkais;;; Mais, c'est une autre histoire.

 

J'ai fort apprécié la réflexion de Stéphane Taponier qui, lors d'un entretien audiovisuel, a précisé un point fondamental concernant l'information, à savoir qu'il y a deux sortes d'informateurs : les journalistes et les communicants. Voilà ce que j'en déduis : les premiers parcourent des terrains généralement hostiles en prenant les risques que l'on sait pour informer le plus honnêtement le public et sans craindre de salir leurs vêtements et leurs souliers ; les seconds restent gentiment assis derrière une caméra fixe après être passés au maquillage afin que pas un cheveu blanc, pas une ride ne se voient, leurs costumes étant impeccablement repassés et leurs chaussures parfaitement cirées. Ce qui leur permet plus aisément de mieux cirer celles de leurs invités politiques. Un bataillon de vigiles rompus aux arts martiaux les protègent d'éventuels contradicteurs...

 

Les premiers, les journalistes, peuvent se réclamer de l'exemple d'Albert Londres ; les seconds, les communicants, ne peuvent se réclamer que de celui des serpillères.


Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 08:05

Ainsi donc, madame Christine Lagarde a été élue directrice générale du FMI. Et chacun de se réjouir que ce soit une FRANÇAISE et de plus une FEMME qui ait hérité de ce poste prestigieux.

Mais, il faut quand même rappeler que madame Lagarde n'est qu'une Française intermittente. Elle ne fit qu'un court séjour à Bercy entre Chicago (où elle dirigea un important cabinet d'avocats d'affaires) et Washington. Elle est avant tout ÉTASUNIENNE et liée de très près au projet économico-impérialiste des États-Unis.

Madame Lagarde est visiblement (ou presque) une femme et les «féministes» applaudissent des deux mains. Mais pourquoi ? A ce niveau du pouvoir, il n'y a plus de sexe (le pouvoir est asexué) et quand, par malheur, le pouvoir et le sexe s'entrelacent, ils se prennent les pieds dans le tapis, comme nous l'avons vu très récemment.

 

En résumé, madame Lagarde n'est ni tout à fait française ni tout à fait femme.  Elle aussi s'est prise les pieds dans le «Tapie» avec cette maudite affaire du Crédit Lyonnais ! Mais, cela est une autre histoire.

 

A propos d'économie, hier, j'entendais une brave femme anonyme (sans doute, une certaine madame Dugenou pour paraphraser l'élégance dialectique de monsieur Hollande), affirmer péremptoirement que c'est dans les pays gérés par des socialistes que les problèmes sociaux étaient les plus aigus. A cette naïve dame, je répondrai simplement que si cela est avéré par les événements, c'est tout bonnement parce que le monde est dirigé par la haute finance et par les banques d'affaires, lesquelles ont tout intérêt à saper le socialisme et le communisme, ennemis jurés des grands maîtres de l'argent. Le jeu consiste à mettre en grande difficulté les nations socialisantes pour démontrer leur incompétence dans le gouvernement des peuples.

 

Mais, puisqu'une FEMME FRANÇAISE va enfin prendre tout cela en mains, soyons rassurés. C'est bien elle qui, face à l'augmentation du prix des carburants automobiles, conseillait aux Français de prendre leur vélo. Demain, elle engagera les Grecs, assommés par l'euro, à consulter la Pythie...

 

Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 08:11

Après avoir subi quelques péripéties informatiques, le grain de sel est de retour.

 

D'abord, je tiens à déplorer le départ de Guy Carlier de la matinale d'Europe 1. Il était bien agréable de se réveiller avec l'humour à la fois discret et percutant de cet auteur à la langue impeccable et au vocabulaire choisi. Le véritable humour à la française, en vérité !

 

Ensuite, je tiens à déplorer la prestation de madame Isabelle Alonso à la dernière émission nocturne de Laurent Ruquier samedi dernier. Cette féministe forcenée veut jeter un nouveau regard sur les relations intersexes. Ce soir-là, nos regards furent surtout attirés par sa dentition chevaline et la bretelle gauche de son soutif. Pour résumer son propos peu convaincant, tout le problème de la parité sociale et politique des sexes tourne autour de la question clitoridienne. Les fantasmes de madame Alonso lui tiennent lieu de pensée philosophique.

Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 07:58

Jacques Séguéla, le pitre de la publicité bien connu, a déclaré un jour que tout homme qui, à 50 ans, navait pas de «Rolex» avait raté sa vie. Quel con !

 

Cependant,  j'irai plus loin. Je dirai que tout homme politique ou d'affaires qui, à 60 ans, n'a pas son bracelet électronique a vraiment raté sa vie.

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:49

Nous vous recommandons la visite du blog de Pierre Blondel, poète, essayiste et conférencier. Vous y trouverez mille sujets à méditer.

Son adresse : www.pierreblondel.com/blog.hotmail.

Allez-y, cela en vaut la peine.

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:36

Le samedi 18 juin,

une marche pacifique est organisée

pour la défense de la langue française

si menacée par l'anglophonie envahissante

et le laxisme de tant de nos compatriotes.

 

Cette marche se déroulera à Paris

entre le Panthéon et le jardin des Plantes

(entre 15 heures et environ 17 heures 30).

 

Il est hautement souhaitable

que le plus grand nombre de personnes

attachées à la défense de la langue française,

à la culture et au patrimoine qu'elle véhicule,

participent à cette marche.

 

Nous vous espérons nombreux.

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:20

Nelly Hostelaert, écrivain, poète et conférencière, vient de publier aux éditions Bénévent un essai sur l'énigme de Rennes-le-Château et du fameux abbé Saunière.

Cet essai se distingue de l'inflation littéraire qui tourne autour de cette affaire en cela qu'il rompt avec les clichés mille fois ressassés par des auteurs en mal de copie et plus soucieux de flatter les fantasmes de leurs lecteurs que d'examiner sérieusement les faits.

 

J'ai eu l'honneur et le plaisir de préfacer cet essai. Voici le texte intégral de cette préface.

 

On trouve dans toutes les bonnes librairies (et même, hélas !, dans les moins bonnes) des ouvrages nombreux, très nombreux, trop nombreux sur la si mystérieuse affaire de Rennes-le-Château sur laquelle tout et son contraire a été dit de diverses manières et en plusieurs langues. Les hypothèses les plus fantaisistes nourrissent ces ouvrages et… leurs auteurs. Dans cet empilement de verses et de controverses, d’affirmations et de contradictions, de vérités et de contrevérités, une truie, même lettrée, n’y retrouverait pas ses petits cochons.

 

L’imagination débordante des uns et l’absence d’esprit critique de certains autres n’ont eu pour effet que celui d’obscurcir cette affaire qui n’a rien à voir avec l’ésotérisme de bazar dont sont friands tant de nos contemporains plus aptes à gober des légendes qu’à observer l’histoire.

 

Ce n’est pas le moindre mérite de Nelly Hostelaert que d’avoir su prendre une certaine distance et d’avoir rompu avec les faux mystères qui planent sur cette affaire au point de la couvrir d’un épais brouillard propre à dérouter les cherchants sérieux.

 

Car il y a bien un mystère et peut-être même plusieurs mystères dans et autour de Rennes-le-Château et la difficulté pour un auteur honnête et consciencieux telle Nelly est bien de les ramener à leur juste proportion en écartant d’un revers de plume les fantasmes qui se sont stratifiés au fil du temps.

 

Après avoir bien situé le site de ce village au creux de sa région si chargée d’histoire et souvent d’histoires tragiques et campé le personnage central de cette intrigue, je veux parler de l’abbé Béranger Saunière, l’auteur, cherchant, comme tous ses confrères, l’origine des fabuleuses fortunes qui tombèrent entre les mains de ce curé de campagne, inventorie les différents trésors que templiers, cathares et autres sulfureux passants auraient pu enfouir en ces lieux afin de les soustraire à la cupidité de leurs ennemis. À moins que des manuscrits secrets (des sortes de brûlots !) propres à ébranler couronnes et tiare aient été découverts par l’abbé Saunière qui les aurait grassement monnayés. Légendes ou réalités ? Qui peut donc l’affirmer sans prendre de réserves ?

 

Nelly Hostelaert examine sans a priori les diverses hypothèses et cela n’étonne point ceux qui ont le bonheur de la connaître. Nelly est une grande voyageuse et, à l’opposé des touristes qui ne font que survoler la mémoire des lieux et des pierres, elle parvient à se fondre dans les cultures et à en tirer la substantifique moelle. Avec son mari, Franz, doté d’un véritable talent de photographe, elle a parcouru de nombreux pays dont elle a rapporté des documents objectifs qu’elle partage en donnant des conférences illustrées par des diaporamas et toujours très appréciées.

 

Belge francophone, écrivain et poète, elle a créé et dirige plusieurs associations littéraires et artistiques ainsi qu’une revue trimestrielle au titre évocateur « Plumes et Pinceaux ». Douée d’un dynamisme à toute épreuve, elle se donne sans compter au service des artistes et des auteurs dont le réel talent est méconnu, voire méprisé, par les grands médias. Elle est aussi secrétaire de « l’Union des Poètes francophones » et, à ce titre, elle participe activement à la défense de notre langue si malmenée.

 

Elle avoue avoir été à la fois séduite et intriguée par Rennes-le-Château et par cette aura mystérieuse qui plane sur ce site qu’elle a visité maintes fois comme pour en percer l’énigme. Mais, elle sait mieux que quiconque raison garder ce qui la dispense de tomber dans ce marécage pseudo-ésotérique dans lequel se sont enlisés et s’enlisent encore tant de ces auteurs qui, attirés par une fausse lumière nourrie de rumeurs et de leurs propres fantasmes, papillonnent autour de la Tour de Magdala.

 

La recherche entreprise et poursuivie par Nelly n’a rien à voir avec ces cocktails fantaisistes et indigestes dans lesquels on croise la Joconde, l’opus dei, la franc-maçonnerie, quelques sociétés secrètes et toutes sortes de fariboles qui font de Rennes-le-Château et de la bibliographie et filmographie qui lui sont attachées un commerce très lucratif.

 

À l’opposé, c’est avec une rigueur et une sérénité de bon aloi que Nelly Hostelaert promène son regard sur cette curieuse affaire qui fit sortir de l’ombre un modeste ecclésiastique rural à la charnière des XIXe et XXe siècles. Nelly a écrit un ouvrage utile en un style clair et sans faiblesse ce qui est de nature à satisfaire les esprits libres de préjugés.

 

Yves-Fred Boisset

 

Ce livre de 110  pages est vendu 13,50 € .

 

 

 


Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 16:55

Je me suis laissé dire que, suite à la victoire d'une jeune Chinoise au tournoi féminin de tennis de Roland-Garros, la Chine se préparerait à acheter ce stade ainsi que son environnement, c'est-à-dire le 16e arrondissement de Paris. Est-ce bien raisonnable ?

 

--------------------------------------

 

A propos de tennis, je ne comprends pas pourquoi les grands champions, tous milliardaires ou quasi milliardaires, entrent sur le court et en sortent en portant eux-mêmes leur sac sur l'épaule. Ils auraient largement les moyens de les faire porter par un employé, ce qui, de plus, favoriserait la création de quelques emplois.

 

 

 

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 07:43

Je l'ai déjà dit et ne reviens pas sur ce point : je me refuse à tout commentaire sur l'afaire dite «DSK» pour la raison bien évidente que je n'ai pas, comme l'écrasante majorité des citoyens honnêtes, accès au dossier.

Je m'en tiens à observer que le débat politico-médiatique sur ce sujet s'apparente de plus en plus à  ceux qui ont fait la gloire du Café du Commerce.

Lang, Badinter, entre autres, se ridiculisent chaque fois qu'ils commentent cette affaire. C'est pitoyable !

Quant au Jean-François que vous savez, on peut dire qu'il en fait trop ce Kahn !

Repost 0