Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 11:26

Aux associations ou groupements qui seraient intéressés, j'ai le plaisir de proposer quelques conférences couvrant, d'une part, le domaine de la poésie et, d'autre part, celui de l'histoire des courants spiritualistes.

Ésotérisme et poésie.

Nombreux sont les poètes qui, depuis l’Antiquité et à toutes époques, ont pratiqué ce que l’on appelle la « langue des oiseaux ». Dans cette conférence, Yves-Fred Boisset met en évidence quelques points de rencontre entre la poésie et l’ésotérisme, d’Homère aux surréalistes en passant par Ronsard, Perrault, de Nerval, Goethe, Victor Hugo, etc.

Sur les genres poétiques.
La poésie d’expression française a revêtu diverses formes : classique, libre, libérée… Dans cette conférence, Yves-Fred Boisset présente ces différentes formes et tente d'appréhender, à travers elles, l’évolution de la poésie.

La réforme parallèle.
Sous cette expression étrange, Yves-Fred Boisset s’attache à percer les mystères de ce mouvement rosicrucien né en Allemagne au début du XVIIe siècle dans la mouvance luthérienne et qui s’inscrit dans la lignée des chrétiens gnostiques. Pour ce faire, il va à la rencontre de ses précurseurs historiques et légendaires, de ses acteurs du cercle de Tübingen, de ses disciples et il expose l’influence de ce mouvement sur le romantisme, sur la franc-maçonnerie et sur toute la spiritualité occidentale jusqu’à nos jours.

Les trois piliers du martinisme.
Le martinisme, né à la fin du XIXe siècle, s’inscrit dans le courant de la spiritualité chrétienne occidentale. Trois personnages ont marqué de leur sceau ce courant de pensée : Jacob Boehme (1575-1624), Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) et Papus (1865-1916), et c’est à la rencontre de ces trois personnages qu’il considère comme « les trois piliers du martinisme » qu’Yves-Fred Boisset nous emmène dans cette conférence.

La place de la franc-maçonnerie dans l'histoire de France.
Rompant avec les clichés archi-usés qui donnent de la franc-maçonnerie une image déformée, Yves-Fred Boisset montre comment cet ordre initiatique (qui n’est ni une secte, ni une société secrète), né en Angleterre et en Écosse dans la seconde moitié du XVIIe siècle, a obtenu ses lettres de noblesse en France en dépit des turbulences qu’il a traversées au cours de ses trois siècles d’existence. Étroitement liée à l’Histoire de notre pays, la franc-maçonnerie française a su défendre certaines valeurs tant humanistes que spiritualistes et dépasser les contingences politiques et religieuses qui constituent son lot dans la plupart des autres pays où elle est implantée.


Les sources humanistes et initiatiques de la franc-maçonnerie française au XVIIIe siècle.
La franc-maçonnerie est née en Angleterre au début du XVIIIe siècle. Dès son arrivée en France, elles s'est trouvée au croisement de deux courants de pensée : l'humanisme du siècle des Lumières, développé par les encyclopédistes et les philosophes, et l'héritage initiatique, ravivé par les traditionnalistes. Cette rencontre entre deux courants de pensée, à priori opposés et, en vérité, complémentaires a fondé «l'exception maçonnqiue française».


Femmes, si vous saviez. 
Une étude historique sur le rôle de la femme dans les sociétés et les religions de l'Antiquité à nos jours est suivie d'une réflexion sur la place de la femme au sein des ordres initiatiques. Qu'attendons-nous d'elle et que peut-elle et doit-elle nous apporter ?

Repost 0